Don d’organe et greffe du rein

La greffe est une opération chirurgicale qui consiste à prendre des cellules, un tissu ou un organe d’une personne pour le placer chez une autre personne en remplacement de cellules, d’un tissu ou d’un organe qui dysfonctionne.

L’activité de don d’organes, de tissus et de cellules est encadrée par des règles éthiques et juridiques rigoureuses telles que le consentement du donneur, l’anonymat donneur-receveur, la gratuité du don et l’obligation de garantir la sécurité sanitaire.

La démarche ci-dessous explique les formalités relatives au don d’organes en Nouvelle-Calédonie.

Qui est concerné ?

La population de Nouvelle-Calédonie.

Conditions

Une greffe nécessite au préalable un prélèvement de cellules, de tissu ou d’organe :

  • sur une personne majeure et volontaire pour faire don d’un de ses organes de son vivant ;
  • ou sur une personne décédée, dès lors que celle-ci ne s’y est pas opposée de son vivant, en demandant notamment à être inscrite sur le registre national des refus.

Procédure

L’indication d’une greffe est posée au cours du suivi d’une pathologie d’organe. Elle repose sur les résultats d’un bilan complet comportant des examens cliniques, biologiques et tissulaires (groupage tissulaire en vue de rechercher le donneur le plus compatible afin d’éviter le rejet).

La personne est inscrite sur la Liste Nationale d’Attente, gérée par l’Agence de la biomédecine, au sein de laquelle sera recherché un donneur potentiel à partir de critères de compatibilité.

Les dispositions et les équipes mobilisées sur le territoire

Le centre hospitalier territorial (CHT) est le seul établissement sanitaire de Nouvelle-Calédonie autorisé à développer une activité de prélèvement et de greffe de tissus et d’organes. Son autorisation, accordée en 2013, limite cette activité au prélèvement de rein sur personnes décédées et à la greffe de cornées.

Concernant les autres organes, les patients calédoniens sont évacués en métropole, où ils attendent de recevoir l’organe indispensable à leur survie. C’est le cas des patients en attente de greffe de cœur, de poumon, de foie, de pancréas.

Au Médipôle, une équipe de coordination hospitalière, composée d’un médecin et d’infirmiers, organise et coordonne l’activité de prélèvement d’organes et de greffe, en collaboration avec l’Agence de la biomédecine. Cette équipe assure également un soutien médical et psychologique à la prise en charge du donneur et de ses proches.

Cas particulier de la greffe de rein

La Nouvelle-Calédonie est très concernée par la greffe d’organes, puisque sa population est particulièrement touchée par l’insuffisance rénale chronique terminale (IRCT), dont le meilleur traitement est précisément la greffe de rein. Cette dernière est rendue possible grâce à un don d’organes à partir d’un donneur vivant ou d’un donneur décédé.

La greffe rénale à partir d’un donneur vivant compatible est le traitement de l’insuffisance rénale qui donne les meilleurs résultats. Il est possible de vivre normalement avec un seul rein fonctionnel. Une personne majeure vivante, volontaire et en bonne santé, peut donc donner un rein à un de ses proches dans les conditions définies par la loi. En Nouvelle-Calédonie, le prélèvement de rein et la greffe sont la plupart du temps effectués en Australie.

Le prélèvement d’organes est aussi, dans la grande majorité des cas, envisagé sur une personne décédée à l’hôpital suite à un accident vasculaire cérébral, un traumatisme crânien ou une anoxie prolongée, conduisant à l’arrêt irréversible de l’activité cérébrale, appelée la mort encéphalique. L’autorisation accordée au CHT lui permet de réaliser le prélèvement de rein sur personne décédée en Nouvelle-Calédonie, la greffe étant réalisée en Australie.

Compte tenu du nombre réduit de donneurs potentiels locaux, des patients suivis en Nouvelle-Calédonie pour une IRCT continuent d’être adressés en métropole dans l’attente d’une greffe qui sera effectuée dans un centre de greffe métropolitain.

Quelques chiffres

  • 8% des calédoniens adultes, soit environ 20 000 personnes, sont atteints d’une insuffisance rénale modérée à sévère.
  • Près de 600 patients calédoniens atteints d’insuffisance rénale sont actuellement traités par dialyse. Une centaine d’entre eux sont en attente d’une greffe de rein.
  • Une centaine de patients calédoniens ont été greffés du rein depuis 2013.
  • Une greffe de rein doit être réalisée dans un délai maximum de 24 heures après le prélèvement.

Pensez à informer votre entourage sur votre position vis-à-vis du don d'organes

Selon la loi nous sommes tous donneurs, à moins d’avoir signifié son refus de son vivant.  Faire connaître à vos proches votre position sur le don d’organes est le meilleur moyen de vous assurer que votre choix sera respecté et d’épargner votre entourage de cette prise de décision lors d’un deuil brutal.  

  • Si vous êtes favorable au don de vos organes après votre décès, dites-le à vos proches. Vous pouvez également porter une carte de donneur. Elle n’a pas de valeur légale, mais elle témoigne de votre décision et facilitera les démarches.
  • Si vous n’êtes pas favorable au don de vos organes après votre décès, dites-le à vos proches et inscrivez-vous sur le registre national des refus.

En savoir plus

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter :

Que pensez-vous de cet article : 
Votre note : Aucun(e) Moyenne : 5 (4 votes)

Signaler une erreur

Donner son avis, faire une suggestion sur le site et ses rubriques.

Le portail de l'administration calédonienne évolue régulièrement grâce à vous. Faite-nous part de vos remarques, de vos suggestions ou des difficultés que vous rencontrez pour utiliser le site :