Compostage

Le compostage est un processus biologique naturel de transformation et de valorisation de la matière  organique (feuilles, branchages, tonte, préparation et restes de repas, papier, carton, etc.) en un terreau riche, d’excellente qualité et totalement naturel, très utile pour enrichir le sol. Economique et écologique, fabriquer son propre compost est un geste éco-citoyen à la portée de tous.

En Nouvelle-Calédonie, plus d’un quart des déchets ménagers sont organiques et pourraient être compostés alors qu’ils sont encore majoritairement destinés à l’enfouissement ou au brûlage. Les provinces, accompagnées de l’Agence de l’Environnement et de la Maitrise de l’Energie (ADEME) et des communes du territoire, accompagnent depuis plusieurs années des opérations de développement des pratiques de compostage.

La démarche ci-dessous explique comment utiliser ses déchets organiques à des fins de compostage naturel pour réaliser son propre compost.

Qui est concerné ?

Toute la population de Nouvelle-Calédonie, et plus particulièrement les personnes qui souhaitent composter leurs déchets organiques.

Conditions

  • Le compostage peut être réalisé à même le sol (jardin) ou dans un composteur (fabrication artisanale ou composteur vendu dans le commerce).
  • Le compostage peut être réalisé à trois échelles :
  • individuelle : par foyer ;
  • en communauté : tribu, quartier, hameau, établissements, exploitations agricoles ;
  • centralisée : plateforme, intercommunalité, province.
  • Le compost issu du compostage arrive à maturité et peut être utilisé au bout d’environ 6 mois de transformation.

Les déchets organiques à utiliser et à éviter pour faire du compost

Les déchets à utiliser pour faire du compost sont :

  • les déchets de cuisine : épluchures, coquilles d’œuf, marc de café, sachets de thé, restes de repas, fruits et légumes abimés, etc. ;
  • les déchets du jardin : tonte de gazon, feuilles, fleurs fanées, mauvaises herbes, copeaux de bois, etc. ;
  • les déchets de maison : mouchoir en papier, essuie-tout, papier, carton (en morceaux), journaux, sciure, etc. ;

Les déchets à ne pas utiliser pour faire du compost sont :

  • les déchets plastiques ou toxiques (piles, solvants, papier glacé, etc.) ;
  • le contenu des sacs d’aspirateur ;
  • les bois de menuiserie ;
  • les espèces envahissantes qui se reproduiront dans le compost (sensitives, pousses de faux mimosa, etc.) ;
  • les feuilles de niaoulis et de résineux, trop acides ;
  • les fruits mûrs (papaye, pomme liane, mangue) qui attirent les mulots ;
  • les morceaux de viande et les arrêtes de poisson qui attirent les mouches et les rongeurs.

Formalités

Choisir son outil de compostage

  • Si vous avez un grand terrain et une grande quantité́ de déchets verts, vous pouvez faire un compost sans bac, à même le sol. Pour le protéger du soleil ou des excès de pluie, couvrez-le par exemple de palmes de cocotiers.
  • Si vous optez pour un composteur (incontournable si vous logez en résidence collective), choisissez-le en bois et non en plastique, avec des lattes espacés qui permettront l’aération.

Réaliser son compost

  • Vous pouvez démarrer votre compost à même le sol, sur une zone de terre bêchée. Sur cette 1ère couche de terre, créez une 2e couche d’aération en confectionnant un petit tas de morceaux de bois.
  • Créez ensuite une couche avec vos déchets végétaux : feuilles, pelouse tondue, mauvaises herbes non envahissantes, feuilles de palmiers coupées en petits morceaux.
  • Ajoutez une couche de déchets de cuisine : épluchures, peaux de fruits, etc. Bien les mélanger avec les déchets verts de jardin de la couche précédente.
  • Pensez à y mettre le papier et le carton : courriers périmés, pages de journal, sopalin, emballages en carton, rouleaux de papier hygiénique, boîtes d’œuf en carton, etc.
  • A ce stade, tous les déchets organiques pouvant être utilisés pour réaliser votre compost sont à déposer régulièrement sur le lieu de compostage.

Entretenir son compost

  • Il est important de couper systématiquement vos déchets en petits morceaux pour faciliter leur dégradation.
  • Aérer et remuer de manière régulière votre compost (une à deux fois par semaine) pour assurer un bon mélange des déchets et une bonne aération (oxygénation).
  • Pensez à placer le compost en dessous d’un arbre, à l’abri du soleil. Humidifiez (brumisez) régulièrement si la pluie ne suffit pas.

Utiliser son compost

  • Dès 3 mois, vous pouvez disposer le compost en paillage (tas sommaire) sur la terre au pied des arbres ou des cultures déjà avancées. Le compost épandu ou idéalement incorporé au sol nourrira vos plantations.
  • A maturation complète (entre 6 et 9 mois), le compost se caractérise par une terre très fine, homogène ayant une odeur de terre de forêt : il peut alors être tamisé et mélangé à de la terre pour planter de nouvelles cultures.
  • Ne plantez pas directement vos plantes dans du compost, il risque de les brûler. Mélangez-le avec de la terre du sol.

Point d’attention

Certaines communes de Nouvelle-Calédonie proposent des programmes (formations et ateliers environnementaux) pour accompagner les administrés dans leur démarche de compostage. A titre d’exemple :

  • Le Mont-Dore propose :

Pour connaitre les opérations mises en place dans votre commune, renseignez-vous directement auprès de votre mairie.

En savoir plus

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter :

Que pensez-vous de cet article : 
Votre note : Aucun(e) Moyenne : 5 (2 votes)

Signaler une erreur

Donner son avis, faire une suggestion sur le site et ses rubriques.

Le portail de l'administration calédonienne évolue régulièrement grâce à vous. Faite-nous part de vos remarques, de vos suggestions ou des difficultés que vous rencontrez pour utiliser le site :